L’affaire avec la soif. (Pis les journées.)

Je l’ai toujours dit.
J’haïs me rendre compte que j’avais soif pendant que je bois.
C’est juste mauvais. T’es pas prêt, comme.
C’est vraiment pas comme se prendre un verre d’eau quand on a soif, pis boire.
C’est plutôt que t’es détendu. Tu te prends un verre d’eau, no biggie. Pis à la première gorgée, ton corps te rappelle que GOOD LORD t’avais soif.
T’avais si soif. Mais tu le savais pas. T’étais pas prêt.
Faque tu te retrouves à avaler, oublier de respirer. Tu revisites tes priorités. Pis toutes tes priorités, c’est de boire.

Boire quand tu as soif, c’est sensé être une belle chose. Une chose agréable.
Mais tu t’en attendais tellement pas, que tu as bu trop vite. Là, t’es gonflé. Pis tu regardes ton eau avec dégoût. Mais t’es pas désaltéré comme tu voudrais.

 

J’ai le même sentiment avec les bonnes journées.
Dans la vie, y’a bin des mauvaises journées. Mais y’en a des bonnes. Et j’aime me rendre compte que mes journées en étaient des bonnes après qu’elles soient terminées.
S’en rendre compte au milieu, c’est trop de pression.

« Omg, j’ai une bonne journée! Awesome! » que je me dis.

Mais il est pas 4 heures. Il reste en masse de temps pour que ça se gâche.

C’est comme anticiper sa semaine de vacances. Tu l’attends depuis longtemps. Ça va être parfait! Mais non.
C’est comme un trop gros buil-up pour un film que quelqu’un te suggère. T’as trop d’attentes.
C’est Moulin Rouge pour Stéphanie. All over again.

Je veux profiter de ma journée au maximum.
Mais, c’est dur à gèrer maintenant que je sais.
Faque, je deviens awkward. Je fais des move trop ambitieux. Je multiplie les gestes impulsifs.
Je dépense trop, je texte les mauvais humains, j’utilise les mauvais emojis, je fais des mauvais choix pis je cultive la déception.

 

J’ai encore soif, mais je regarde mon verre d’eau avec dégoût.
Parce que j’ai bu trop vite parce que je me suis rendu compte que j’avais soif en buvant pis j’étais pas prête pis je me mets à faire des phrases trop longues sans ponctuation omg omg omg.

En vouloir trop, trop vite.
Ça gosse.

En vouloir trop, trop vite quand t’es pas prêt.
Ça gosse encore plus.

Pis ça te laisse la bouche sèche en maudit.

Publicités

Une réflexion sur “L’affaire avec la soif. (Pis les journées.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s