À propos du beau: dis oui.

Si on te propose de poser en bobettes, dis oui.
Si tu es comme moi, ça te fera pas du bien.

Si tu es comme moi, tu vas penser que c’est une bonne idée.
Que ça va être une expérience écœurante.
Que ça va sans doute te rendre plus à l’aise avec ta sexualité.
Pis ton corps.

Ton corps.

Que t’aimes pas tant. Que t’haïs un peu mais que tu traînes parce qu’on peut pas faire sans.
Ton corps que tu as décidé de faire photographier.

Pis de montrer.

Montrer. 

12290534_10153405471908271_206717353_o

Tu te dis que le pire, ça va être de le faire.
L’affaire, c’est que non.

L’affaire c’est que pentoute.
Que toute se fait dans une atmosphère drôle et agréable.

Parce que l’amie qui t’a proposé le projet te met à l’aise, fait des jokes de fesses, rit avec toi, te donne du thé. Tu te sens correct.

Elle est professionnelle et cachottière. Elle ne te montre pas les photos jusqu’à ce qu’on upload.

Tu te dis que le pire, ça a été de le faire.
L’affaire, c’est que non.

Tu vois les photos. Tu vois ton gras de fesses. Ton double-menton. Tes cuisses tes cheveux tes bras ton dos ton ventre tes fesses.

Pis tu t’en fais. Tu veux pas regarder, mais t’es curieuse.
Ça t’emmène un peu ailleurs.
Dans le regret, dans le malaise et dans le pas certain.

Tu te dis que le pire, c’est de les voir pour la première fois.
Pis je pense que oui.

Je me souviens que ça venait de moi, l’idée.

Je me souviens d’avoir proposé moi-même à Joanie de prendre des photos de style boudoir.
Elle se cherchait un nouveau projet, je voulais essayer quelque chose de nouveau.
J’avais aucune idée à quel point j’étais pas prête.

Viens le moment où les photos sont prêtes.
Triées et choisies.

Et là, Joanie t’explique pourquoi celle-là est belle et tu comprends pas tant.
Tu le vois pas, le beau.
Tu es ailleurs.
Dans le regret, dans le malaise et dans le pas certain.

Parce que ton gras de fesses. Ton double-menton. Tes cuisses tes cheveux tes bras ton dos ton ventre tes fesses.

Mais ce qu’elle voit, elle.
C’est des courbes, de la lumière, un sourire pis une tasse.
Du cuir, du rouge et de l’attitude.
Du doux, du nouveau et du beau.

Et je me souviens que ça venait de moi, l’idée.
On m’y a pas obligée.
Je devais avoir des bonnes raisons.

J’avais peut-être besoin de me voir autrement.
C’est pas simple.
Ça passe par les vêtements qui tombent, les bas collants qui restent, les jokes de fesses, les cuisses à l’air au milieu d’octobre, la confiance d’une amie et l’objectif de Joanie.

Si on te demande de poser en bobettes: dis oui.
Tu le sais pas, mais.
Tu pourrais bin trouver ça beau.

crédit photo: Joanie Breault
Pour le reste des photos c’est ici.
Visitez donc la page facebook de Joanie ici.
Faites Like pis Share pis toutes les autres affaires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s