Je connais rien.

tumblr_mgkfbvVJfi1qbytm0o1_1280.png

Je connais rien aux troubles anxieux.
Je sais que ça existe et que les gens en ont. Et vivent avec ça.
Je suis parmi les gens.
Pis ça gosse.

Parce que, j’haïs ça les gens.

***

Je sais pas si ça aide d’énumérer les choses que je trouve difficile de faire.
Mais je vais le faire quand même, je pense.

Répondre au téléphone. Au travail comme à la maison.
Et ma job, c’est un peu de répondre au téléphone.

Circuler dans un endroit public.
Devoir passer dans un corridor rempli de gens.
Interpeller quelqu’un qui me tourne le dos.
Avoir quelqu’un que je ne connais pas derrière moi.
Devoir rester près de quelqu’un trop longtemps.

Entrer dans un endroit public pour la première fois.
Ne pas savoir par où entrer et où sont les salles de bain.
Être la première personne à passer la porte.

Gérer des choses importantes, comme les assurances, les rendez-vous chez le médecin, les transactions bancaires.
(Mais ça, c’est pareil pour beaucoup de jeunes adultes qui ont pas leurs shit together.)

Croiser de la circulation en voiture, recevoir des directives peu claires, devoir improviser.

***

Je connais rien aux troubles anxieux.
Mais j’imagine que c’est un peu comme ça:

Le cerveau qui sait que toutes ces choses sont simples.
Mais le cerveau qui réagit de pire en pire.
Comme si c’était complexe et effrayant et difficile.

Le cerveau qui sent que c’est dur, mais sait que c’est simple.
Et qui a honte un peu, sûrement.

C’est pire de savoir que c’est facile.
C’est pire de voir des gens circuler avec le sourire, des gens qui traversent des foules sans gêne en riant, des gens qui s’approprient tout l’air d’un espace juste parce qu’ils peuvent.

Et de témoigner du fait que c’est si simple.
Mais que je ne peux pas le faire.
Et que plus j’essaie, pire ça devient.

Et tout ça fait que j’haïs les gens.
Parce que je les envie.
De pouvoir entendre siffler, mâcher et cliquer les stylos.
De pouvoir prendre un panier à l’épicerie sans se soucier que les allées soient trop étroites pour deux paniers.
De pouvoir marcher sur un trottoir sans être la personne qui se tasse.

J’en veux aux gens de penser que la vie, c’est un peu facile.
Je leur en veux aussi de croire en moi.
De croire que si c’est simple pour eux, c’est simple pour moi.
Et d’assumer que si je suis intelligente, ça veut automatiquement dire que je devrais me tracer un chemin facilement dans la vie.
D’assumer que si j’excellais dans plein de choses par le passé, ça veut dire que je devrais exceller maintenant.

Y’a rien de facile.
Pis c’est weird.
D
e vouloir de l’aide pis en même temps vouloir être traité comme tout le monde.

Je voudrais qu’on soit compréhensif, mais pas patronizing.
Mais, est-ce que je peux vraiment demander quoi que ce soit au monde?
C’est pas plutôt à moi de s’adapter?
Je sais pas.

Parce que je connais rien aux troubles anxieux.
Je sais que ça existe et que c’est en moi.  Et qu’il faut vivre avec ça.

Pis ça gosse.

image via ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s